AOÛT-SEPTEMBRE 2019

Une Russe à la tête de l’Office des Nations Unies à Genève

par François MAURICE

On avait appris sa nomination par le Secrétariat général des Nations unies à la fin du mois de mai de cette année mais la nouvelle Directrice générale de l’Office des Nations Unies occupe désormais son poste à Genève. Dans le contexte diplomatique actuel et le mouvement russophobe porté par les mondialistes, il pouvait déjà paraître surprenant que M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU choisisse un citoyen russe à la tête du siège de Genève mais cette nomination est d’autant plus remarquable que Tatiana Valovaya devient la première femme nommée à cette fonction.
A 61 ans, Tatiana Valovaya, succède ainsi au Danois Michael Moller qui dirigeait le siège européen de l'ONU depuis 2013. D'autres représentants russes ont bien sûr occupé ce poste entre 1993 et 2011, mais Mme Valovaïa demeurera la première femme nommée Directrice générale de l’ONU à Genève.
Mme Valovaya apporte avec elle une vaste expérience de plus de 35 ans dans le journalisme, la diplomatie et la fonction publique. Elle était jusqu’alors membre du Cabinet et Ministre chargée de l’intégration et de la macroéconomie à la Commission économique eurasienne, l’organe exécutif de l’Union économique eurasienne (UEEA) chargé de la mise en œuvre des décisions, du respect des traités et de la gestion des affaires courantes.
Diplômée, en 1980, de la Faculté de Relations économiques internationales de l’Institut des Finances de Moscou, Tatiana Valovaya intègre, en 1983, la « Gazette économique » (Экономическая газета) d’abord en tant que correspondante, puis en tant qu’éditrice adjointe du Département en charge de l’économie mondiale.
Durant six années dans ce journal, elle écrit de nombreux articles sur les relations monétaires internationales, sur l’intégration économique européenne ainsi que sur la coopération avec les États membres de la Communauté des États indépendants et soutient avec brio sa thèse doctorale en sciences économiques devant l’Académie des Finances de Moscou.
Tatiana Valovaya débute sa carrière dans le Gouvernement russe en 1989 où elle va occuper plusieurs postes dont ceux de Troisième puis Deuxième Secrétaire à la Mission permanente de la Fédération de Russie auprès de l’Union européenne entre 1989 et 1994.
De 1995 à 1997, Mme Valovaya poursuit sa carrière au sein de l’Administration présidentielle de Russie en tant que Chargée de relations avec les organes statutaires de la Communauté d’États indépendants (CEI). Elle occupe ensuite le poste de Cheffe de la Division de la politique monétaire et financière au sein du Ministère des affaires relatives à la CEI.
Au sein de l’Administration publique de la Fédération de Russie, elle devient Directrice adjointe puis Directrice du Département de la coopération internationale de Russie, de 1999 à 2012.
Tatiana Valovaya, à Bangkok, avec le vice-ministre thaïlandais des Affaires étrangères, Virasakdi Futraku


Le 20 mars 2019 à Santiago du Chili
En 2012, elle rejoint la Commission économique eurasienne en tant que membre du Cabinet et Ministre chargée de l’intégration et de la macroéconomie.
Notamment en charge de la mise en œuvre des politiques d’intégration au sein de la Commission, de la coordination des processus d’élaboration du Conseil économique eurasien suprême, et de la négociation d’accords de libre échange entre la Communauté économique eurasienne et les pays tiers, elle s’occupe également des relations avec les organisations internationales.
La nouvelle Directrice générale est désormais responsable de toutes les activités de l’Office des Nations Unies à Genève. Bien que le travail de l’ONU Genève reste en grande partie méconnu du public, il n’en est pas moins primordial pour les Nations Unies et ses partenaires. Siégeant au sein de l’historique Palais des Nations, l’ONU Genève fournit le soutien nécessaire aux Nations Unies et à ses partenaires afin de servir la communauté internationale et de communiquer le message de l’Organisation au public.
Une priorité essentielle de la nouvelle Directrice générale est d'améliorer la sensibilisation du public au travail de l’ONU Genève, abattre les cloisonnements et développer de nouveaux partenariats. Cette prise de fonction par Tatiana Valovaya est donc une bonne nouvelle pour la paix en Europe. Dans un monde de plus en plus fragmenté, Genève est devenue la ville de prédilection pour les médiateurs et les envoyés spéciaux essayant de rassembler les parties prenantes afin d’éviter ou de mettre fin aux conflits. Des pourparlers sur les activités nucléaires de l’Iran, sur la Syrie, la Géorgie, la Lybie, le Yémen et Chypre – pour ne citer que ceux dont la visibilité est la plus importante – ont eu lieu au Palais des Nations ces dernières années. Souhaitons que la nouvelle Directrice générale parviendra à mettre en œuvre des pourparlers pour résoudre le conflit qui ensanglante la République Populaire de Donestk (RPD) et permettre ainsi au peuple du Donbass de sortir de cette guerre qui dure depuis cinq longues années.

F.M.

Partager cette page

S'abonner à « Méthode »


Saisissez votre adresse mail dans l'espace ci-dessous : c'est gratuit et sans engagement

Nous contacter