AVRIL 2018

Vladimir Volegov, artiste peintre

par Jean-François CARACCI

Le peintre Vladimir Volegov est né en 1957 à Chabarowsk en Russie. Vladimir étudie à l'école d'art Krivoj Rog et à l'Institut polygraphique Lvov. En 1984, Vladimir Volegov est primé au Concours international d'affiches d'art. Il s'installe à Moscou en 1988.

En 1990, Vladimir Volegov voyage à travers l’Europe et séjourne dans les grandes capitales européennes : Barcelone, Berlin et Vienne. Il y gagne sa vie en peignant des portraits dans les rues. Il affine alors son expérience du portrait et devient rapidement un peintre recherché.

Ses huiles sur toiles sont autant de fenêtres ouvertes sur la femme dans ce qu'elle a de plus doux. La grâce de ses modèles, la poésie des scènes choisies, la composition de ses sujets, son rapport expert à la lumière, tout le talent de Vladimir Volegov est une ode à la Féminité.

L'Amour est omniprésent dans son œuvre et, en ces temps tourmentés, le peintre offre une pause enchantée aux âmes sensibles à son message. L'esthétique surannée de l'ensemble de son œuvre une parenthèse atemporelle invitant au rêve et à la douceur. 

Brise côtière

Pour Méthode, seuls des artistes à la méthode unique sont présentés. Il ne s'agit pas ici de montrer des peintres, photographes, dessinateurs sans profondeur, sans pureté, sans authenticité. Vladimir Volegov est doté de ce talent qui le rend unique, reconnaissable. 

Isolement

Rien n'est plus désespérant pour un Expert en Art que de voir 100 peintres produire 100 œuvres identiques. 

Vladimir avec « l'enfant aux coquelicots » s'apparente à Monnet. Mais ce n'est pas une copie sans saveur de Monnet, c'est un nouveau Monnet, le Monnet russe, un Monnet magnifique. L'âme russe est puissante, passionnée, pure. 

Plage secrète

Je suis sensible à la présence du Créateur dans la Création. C'est mon leitmotiv. Et, je vois dans les créations de Vladimir l'empreinte de son créateur qui a choisi avec soin son modèle, sa scène, sa lumière, ses couleurs, mais également l'empreinte du Créateur. 

« L'enfant aux coquelicots » initialement dénommé « On poppy field » fait transparaître le pouvoir caché que l'artiste contient en lui. Ses pinceaux, ses toiles, ses huiles, sont les outils créateurs d'un monde imaginaires, immatériels devenu matériel. Cette toile prend vit dans notre esprit. Il suffirait d'un Rien, du souffle du Créateur pour voir la toile devenir non pas scène mais Cène.


J-F. C.

Partager cette page

S'abonner à « Méthode »


Saisissez votre adresse mail dans l'espace ci-dessous : c'est gratuit et sans engagement

Nous contacter