AVRIL 2018

Entretien avec S.A.I. le Grand Duc Georges Mikhaïlovitch de Russie

par Alexander ZAKATOV

Fils de la « grande-duchesse » Maria Vladimirovna de Russie et du prince Franz Wilhelm de Prusse, Grand-duc de Russie, héritier présomptif du trône de Russie, tsarévitch, avec qualification d'altesse impériale, Georges Mikhaïlovitch de Russie est membre de la maison Romanov mais également par son père, membre de la maison de Hohenzollern (Prusse).

Georges Mikhaïlovitch Romanov est né le 13 mars 1981 à Madrid. Le grand-duc fut baptisé le 6 mai 1981 à Madrid, son parrain est le roi Constantin II de Grèce. Différentes personnalités royales assistèrent à son baptême comme le roi Juan Carlos Ier d'Espagne, son épouse, la reine Sofía, l'ex-roi Simeon II de Bulgarie et son épouse, la reine Margarita.

Alexander ZAKATOV : Comment vivez-vous votre qualité de tsarevich ?
S.A.I. Georges Mikhaïlovitch de Russie : Ma position ne m’empêche pas d’apprécier les réalités du monde actuel dans lequel nous vivons tous. Bien sûr, je suis conscient du fait que, en étant l'héritier, c’est de porter une responsabilité morale supplémentaire. Je suis responsable non seulement de moi-même, mais aussi de la réputation de la dynastie. Cette conscience de ma responsabilité m’aide à éviter beaucoup de problèmes. Mais dans mes relations avec les autres, je n’exploite jamais ce titre, et je m’efforce d’abord et avant tout d'avoir des relations d'affaires et interpersonnelles normales avec d'autres personnes.

A.Z. : Pourtant quelques nobles russes contestent la ligne de succession….
S.A.I. G. M. : Les droits de la chef de la Maison de Romanoff, de son héritier, et d'autres membres légitimes ne dépendent pas de la reconnaissance ou de l'absence de reconnaissance d'autres personnes. Ces droits sont basés sur la loi de l'empereur Paul Ier, qui indique toujours la seule personne qui a le droit d'être le chef de la dynastie, et qui réglemente toutes les autres questions de la vie de la maison impériale comme une institution historique.
Les objections concernant les lois historiques exprimées par certains nobles, ou par une autre personne, c’est une affaire d'opinion personnelle et cela n'a aucun lien avec la loi. Que diriez-vous à propos de certains prêtres qui ont contesté la position du pape de Rome ? Peut-être que le problème serait avec les prêtres qui élèvent des objections, non pas avec le Pape ? C’est analogue aux conflits similaires concernant les maisons impériales et royales d'Europe.
Il y aura toujours certaines personnes qui sont insatisfaites et envieuses, une sorte de « Fronde. » On doit avoir un sens de l'humour à ce sujet. Dans le contexte de nos bonnes relations avec l'Église orthodoxe russe, avec d'autres maisons royales, avec des personnalités gouvernementales, sociales et culturelles en Russie et dans les autres pays, les récriminations de quelques détracteurs malintentionnés ne comptent pas.

A.Z. : Le Président Eltsine aurait voulu vous « couronner » a l’âge de 15 ans. Croyez-vous qu’il y a un espace dans la Russie d’aujourd’hui pour un retour symbolique du Tsarisme ?
S.A.I. G. M. : Beaucoup de mythes ont circulé concernant la maison impériale, la plupart d’eux ne sont pas fondés en fait. Le président Boris Eltsine n’a jamais eu l’intention de couronner personne. Ces rumeurs ont été propagées par nos ennemis pour empêcher l'établissement de contacts normaux entre la Maison Impériale et le gouvernement russe.
En fait, les conditions pour le rétablissement de la monarchie ne sont pas encore présentes en Russie. La Russie est dans ce stade de développement historique où une forte république présidentielle est la plus appropriée. Et la Maison Impériale est entièrement fidèle à la Constitution de la Fédération de Russie, dont ma mère et moi sommes des citoyens.
Nous n’avons jamais abandonné nos convictions monarchiques, et nous croyons qu’une monarchie héréditaire légitime en Russie a un avenir et pourrait être rétablie un jour. 
Mais nous ne voulons pas nous imposer à personne, et nous ne participons pas en aucune façon à la politique. Nous croyons que les gens doivent d'abord acquérir une compréhension complète du système de gouvernement monarchique, ses avantages et ses inconvénients (qu’ont toutes les formes de gouvernement humain), et prendre une décision informée. Ceci prend du temps.

A.Z. : Quelle est votre opinion de la Crise en Ukraine ?
S.A.I. G. M. : C’est une horrible tragédie. Tous les gens de l'ancien Empire russe sont très chers pour nous, et nous pleurons bien sûr pour tous les conflits internationaux dans le monde entier. Mais quand l'inimitié est semée entre deux peuples -les Russes et les Ukrainiens - qui sont nations fraternelles, alors il est particulièrement douloureux. Et si les puissances étrangères cherchent à exacerber le conflit, alors c’est un péché terrible et une politique à très courte vue, pleine de dangers non seulement pour la Russie et l'Ukraine, mais pour toute l'Europe et, en fait, le monde entier.
On ne peut pas dénier qu'un coup d'État a eu lieu à Kiev en 2014, et qu’un président légalement élu a été renversé. Les déclarations publiques et les actions de ceux qui avaient pris le pouvoir n'ont pas, malheureusement, aidé à calmer la situation, mais au contraire, seulement incité un soulèvement populaire.
Nous devons faire tout ce que nous pouvons pour mettre fin à l'effusion de sang et de trouver une solution à la crise, non par la force des armes, mais par des négociations et des compromis raisonnables.

A.Z. : En Crimée et Donbass on a vu le retour des Cosaques agitant des drapeaux avec l’effigie du dernier Tsar. Comment expliquer cette résurgence ?
S.A.I. G. M. : L'utilisation de ce ou de tout autre symbole difficilement indique l’adhésion à l'idée que le symbole représente. Bien sûr, parmi les organisations sociales dans la Crimée, parmi les milices dans le sud-est de l'Ukraine, il y a des gens qui sont de véritables monarchistes. En même temps, nos symboles sont parfois adoptés par les nationalistes radicaux et même par des organisations procommunistes. Il n'y a pas une seule explication pour cela. Probablement, pour beaucoup de gens, le drapeau impérial symbolise la force et la grandeur. Mais nous demandons toujours que ces symboles historiques être utilisés de manière responsable, et qu'ils ne soient pas utilisés pour masquer des idées qui sont en fait contraire aux valeurs de la Russie prérévolutionnaires.

A.Z. : Quelle est votre opinion sur le Président Poutine, surnommé le nouveau Tsar ?
S.A.I. G. M. : Vladimir Poutine est le président légalement élu d'une république démocratique. Je ne savais pas qu'il a envisageait de prendre le chemin bonapartiste. Si quelqu'un l’a surnommé le « nouveau tsar », alors c’est une exagération, ou une blague, ou la flatterie, ou peut-être une tentative pour ruiner sa réputation. 
Je considère que le président Poutine comme un leader fort, rationnel et expérimenté. Ses pouvoirs comme président ne sont pas plus étendus que celui des présidents des autres républiques présidentielles du monde.
La Maison Impériale soutient le président Poutine dans ces choses qui permettent le rétablissement des traditions, la préservation de notre patrimoine historique, et renforcement du bien-être de la Russie. Bien sûr, nous avons notre propre avis sur un éventail de questions relatives à la vie de la Russie. Nous exprimons ce point de vue, mais le faisons sans politisation et toujours avec tact. Et notre opinion ne change pas en fonction d'une situation ou une personne en particulier, mais notre position repose sur le principe et est immuable. Comme le grand poète russe, Alexandre Pouchkine, a dit une fois, « On ne peut pas convaincre avec des malédictions, et il n'y a aucune vérité là où il n'y a pas d'amour. »

A.Z. : Les bolcheviques ont massacre votre famille. Poutine était officier du KGB mais maintenant il défend “Dieu, la patrie et la famille”. Le mausolée de Lénine est toujours dans la place Rouge. Quand vous êtes à Moscou comment vivez-vous ces blessures sur la peau de vos ancêtres ?
S.A.I. G. M. : C’est vrai, dans la vie de la Russie moderne, il y a beaucoup d'éclectisme idéologique. Il y a beaucoup de manifestations contradictoires. Mais comment pourrait-il en être autrement dans un pays qui a connu une révolution, une guerre civile et des décennies de la domination d'un régime athée et totalitaire ?
Ce serait une grande erreur d'essayer de supprimer l'héritage de l'époque communiste par la vengeance. Alors, comment pourrions-nous - les croyants en Dieu et les avocats des valeurs traditionnelles - être différents des bolcheviks ? Leur principal crime n’était pas, en fait, leurs points de vue, mais le fait qu'ils aient utilisé la force, la terreur, la fausse propagande, et la coercition pour les mettre en pratique. Nous ne devons pas faire la même chose qu'eux. 
Vous ne pouvez pas amener les gens au paradis en les poussant avec un bâton. Même si nous sommes certains que nous avons raison, nous devons expliquer et convaincre, et non contraindre. Sinon, le pendule va revenir contre nous avec encore plus de force.
La Maison Impériale appelle tous les peuples russes à abandonner ces choses qui nous séparent et à se rappeler les choses qui nous unissent, à écouter et à se respecter les uns des autres, d'abord et avant tout. Les blessures ne guérissent jamais si elles sont encore et encore ouvertes. Nous ne pourrons atteindre l'unité nationale qu’en se pardonnant les uns les autres et en travaillant ensemble pour le développement futur de notre pays.

A.Z. : Vous travaillez dans les relations européennes pour une grande entreprise russe, que pensez-vous de la position de l’Europe envers Moscou ?
S.A.I. G. M. : La position de l'Europe envers la Russie est remplie de beaucoup de phobies injustifiées, créées artificiellement, et avec des doubles standards.
Je pense, que l'erreur principale est l'idée qu’une petite partie de la civilisation du monde a mis en place 100 % de la notion de ce que constitue un bon modèle de développement, et le reste du monde devrait adopter ce modèle.
En fait, la civilisation humaine est composée de civilisations locales, dont chacune est caractérisée par ses propres traits uniques et inhérents. Cela n'a aucun sens d'essayer de convertir un à l'autre. La civilisation russe partage des racines chrétiennes communes avec la civilisation occidentale, mais elle est indépendante et originale. Nous ne devons pas nier ces racines, et nous ne devons pas essayer de les supprimer ou de les modifier pour ressembler à la culture américaine ou européenne occidentale. Au contraire, nous devons construire un dialogue équitable et honnête avec l'Occident. Ensuite, la plupart de nos problèmes disparaîtront d'eux-mêmes.

A.Z. : L’Italie semble très attentive à écouter la Russie. Pourrions-nous avoir un rôle de pont vers Moscou ?
S.A.I. G. M. : L'Italie est un pays qui est très proche spirituellement et culturellement de la Russie. Il suffit de souligner que le cœur de la Russie—le Kremlin de Moscou et ses cathédrales, ainsi que les palais impériaux de Saint-Pétersbourg—ont tous été construits par les Italiens.
Nous voyons souvent aussi une meilleure compréhension entre la Russie et l'Italie dans le domaine du système moderne des relations internationales. Rome est le centre spirituel de la chrétienté occidentale. Il y a beaucoup de différences importantes dans la théologie et la vie de l'Église entre l'Église orthodoxe et l'Église catholique. Mais ils partagent également une tâche commune de préserver les valeurs chrétiennes traditionnelles et de lutter contre l'immoralité, le cynisme et le matérialisme. Il n’est donc pas une exagération de dire que le pont reliant la Russie et l'Italie est dans le même temps à de nombreux égards un pont reliant la Russie et l'Europe.
A Rome au siège de l’ordre de malte, Fra Matthew, grand-maître de l’Ordre de Malte, a remis les insignes de Bailli Grand-Croix d’Honneur et de Dévotion au grand-duc George de Russie



A.Z. : Une solution telle que le Trentin-Haut Adige pour l’Italie serait envisageable dans le Donbass ?
S.A.I. G. M. : Il est très difficile de prévoir ce qui se passera dans le Donbass après tant de sang versé. Dans le Trentin - Haut Adige, qui est devenu une partie de l'Italie à la suite de l'accord de paix après la Première Guerre mondiale, il y avait là une italianisation forcée de la population germanophone, tout comme les autorités de Kiev ont essayé de le faire à la population russophone dans le sud-ouest de l'Ukraine. Mais dans le Haut Adige, les sections peuplées des villes ne sont pas bombardées par l'artillerie. Ainsi, quand la poussière sera retombée, l'autonomie pourrait être établie relativement facilement par les deux parties dans le conflit.
Plus il y a de victimes, en particulier parmi la population civile, plus il sera difficile de parvenir à un compromis. Mais nous devons tous comprendre qu'il n'y a pas d'autre moyen de sortir de cette situation. Toutes les guerres se terminent par la paix. La paix doit être établie sur les réalités géopolitiques. Les gens eux-mêmes devraient finalement être en mesure d'exercer leur libre arbitre, avec la participation d'observateurs internationaux, et d'exprimer ce qu'ils veulent être le statut de la terre sur laquelle ils vivent.

A.Z. : D’un côté les USA envoient leurs troupes et réservoirs dans les pays Baltes, de l’autre le Kremlin annonce de nouveaux missiles nucléaires. Risque-t-on quelque chose de pire que la guerre froide ?
S.A.I. G. M. : Je crois que tout le monde comprend qu'une troisième guerre mondiale, si elle devait advenir, serait la dernière guerre, parce toute la civilisation humaine serait détruite. Donc, on n'a pas besoin d'un retour à l'époque de la guerre froide.
Je comprends le fait que les Etats-Unis, les nations de l'Europe, et d'autres pays ont tous leurs propres intérêts géopolitiques. Les rivalités internationales sont un fait inévitable de la vie. Et il serait étrange, en effet, si d'autres pays commençaient par défendre les intérêts de la Russie plutôt que leurs propres intérêts.
Mais il suffit de regarder les actions du gouvernement de Russie et d'autres pays, et comment ils sont décrits dans votre propre question. « Le Kremlin annonce de nouveaux missiles nucléaires. » Et ils seront déployés sur le propre territoire de la Russie. La Russie « n’envoie pas des troupes et réservoirs » à d'autres pays, par exemple, dans les pays d'Amérique latine, qui serait analogue à ce que les États-Unis réalisent. 
Tout cela doit être pris en considération. Et nous devons essayer d'éviter de doubles standards. Le peuple russe a souffert de la guerre plus que la plupart des gens sur cette planète. Et le peuple russe ne veut pas la guerre maintenant. Mais ils ont la capacité de se défendre, qu'ils ont amplement démontrés maintes et maintes fois. Par conséquent, personne ne devrait menacer la Russie ou brandir des armes ou jouer avec le feu. Il y a toujours un moyen de parvenir à un compromis raisonnable pour le bien de l'humanité.

A.Z.

Partager cette page

S'abonner à « Méthode »


Saisissez votre adresse mail dans l'espace ci-dessous : c'est gratuit et sans engagement

Nous contacter