NOVEMBRE 2018

Retour sur Maïdan : quelques jours à Kiev…

par Lucien CERISE

Le 21 novembre 2013 débutait la deuxième révolution colorée d’Ukraine, dix ans après la Révolution orange de 2004. Un deuxième coup d’État, donc, possédant le même épicentre, la place de l’Indépendance, dite Maïdan, mais aussi les mêmes soutiens étrangers et les mêmes motifs : dissocier totalement l’Ukraine de la Russie pour l’intégrer dans le système occidental, et si possible lancer une guerre totale contre la Russie en comptant sur une réaction violente de cette dernière. Peine perdue. Moscou restait impassible et se contentait de mesures défensives comme le rapatriement de la Crimée et un soutien humanitaire à la région ukrainienne du Donbass, réfractaire à l’entrée dans l’Union Européenne et l’OTAN. 
Le putsch de Kiev dégénérait alors en une guerre civile entre pro-Maïdan et anti-Maïdan qui plongeait le pays dans un chaos dont les secousses sismiques s’éprouvent encore aujourd’hui jusqu’en Europe de l’Ouest. Trois ans pratiquement jour pour jour après le début des événements, je me rendais à Kiev pour un petit voyage d’étude visant à compléter sur le terrain la documentation que j’avais réunie depuis 2014 pour rédiger des articles, puis un livre, visant à décrypter l’Histoire en train de se faire. Les reportages qui suivent associent des photographies personnelles et d’autres trouvées sur internet, auxquelles j’ajoute des commentaires et des réflexions postérieures à la publication de Retour sur Maïdan : la guerre hybride de l’OTAN (éditions Le retour aux sources, 2017).
Dans la rue Krechatyk (Хрещатик), la grande artère centrale de Kiev qui traverse Maïdan, une affiche de recrutement du régiment Azov (Азов) : « Rejoins le régiment le plus fort » (BCTYПAЙ ДO ЛАB HAЙCИЛЬШOГO ПOЛKY). Les icônes sous le titre : Gestion professionnelle – Salaire décent – Standards de l’OTAN – Bon équipement – Nouvelle vie (ПPOФECIЙHE KEPIBHИЦTBO – ГIДHA OПЛATA – CTAHДAPTИ HATO – ГAPHE ЗAБEЗПEЧEHHЯ – HOBE ЖИTTЯ). En bas à gauche, le symbole du régiment Azov, le Wolfsangel, « crochet du loup », rune germanique récupérée et arborée par des unités de combat de l’Allemagne nazie, notamment la 2ème Division SS « Das Reich », et lourdement connotée depuis.
Dans son édition du 1er septembre 2017, le Kyiv Post, journal ukrainien anglophone et de tendance libérale, revenait sur l’actualité du régiment : « Après deux ans d’entraînement, le régiment Azov brûle de retourner à la guerre. (…) Mais le régiment Azov attire l’attention pour d’autres raisons que ses prouesses de combat. Il a évolué d’une unité d’ultra-nationalistes irréguliers à une formation d’élite bien équipée, formée par des instructeurs étrangers. Il a la réputation d’abriter des nazis racistes, mais la réalité est plus subtile et complexe. Aucun des soldats à l’entraînement n’affiche de symboles racistes. Certains préfèrent se serrer la main en saisissant le poignet, courant parmi les mouvements nationalistes.
Leurs écussons d’épaule ont un insigne jaune et bleu qui ressemble à un Wolfsangel horizontal inversé, l’image en miroir d’un symbole utilisé par les nazis. (...)
Certains combattants d’Azov pratiquent aussi les rites païens slaves. Au début du mois de juillet, une idole en bois de Perun, le dieu du tonnerre de la Rus de Kiev médiévale préchrétienne, a été érigée à la base du régiment près de Mariupol. Les combattants disent qu’ils rendent hommage à l’histoire de l’Ukraine. (...) Ils s’entraînent intensivement, espérant atteindre les standards de l’OTAN, dont l’Ukraine aspire à rejoindre un jour les 29 membres. »1
Après leurs formations données par des instructeurs étrangers pour atteindre les standards de l’OTAN, les membres du régiment se recueillent en prière autour du totem de Perun, dieu du tonnerre. Pour Azov, néo-paganisme et atlantisme vont de pair. C’est ainsi que les nationalistes ukrainiens conduisent leur pays vers la « diversité », maître mot de l’alliance militaire de l’Atlantique nord.
D’après Rose Gottemoeller, secrétaire générale déléguée de l’OTAN, « La diversité ne se résume pas à la question du genre » : « L’OTAN a d’abord décidé de créer un plan d’action pour la diversité lors du Sommet de l’OTAN à Prague en 2002. Aujourd’hui, un groupe de travail sur la diversité, composé de représentants de tous les organes de l’OTAN, est le moteur du Plan d’action. Actuellement, le groupe de travail s’efforce de promouvoir la diversité et l’inclusion à l’échelle de l’OTAN et d’élargir la définition de la diversité au-delà du sexe, de l’âge et de la nationalité. Quand on parle de la diversité dans un environnement organisationnel, le genre a tendance à être la première chose qui vient à l’esprit. Cependant, la diversité (comme le suggère le mot lui-même) est beaucoup plus complexe que cela. « La diversité dans le contexte de l’OTAN semble souvent traitée comme une diversité de genre : le plan d’action examinera cette question plus largement et cherchera des moyens de garantir que la main-d’œuvre se reflète dans la diversité sociétale des nations qui composent l’organisation, y compris la race, l’origine ethnique, l’âge, la religion, les handicaps et l’orientation sexuelle », a déclaré Mme Gottemoeller. « L’OTAN ne doit pas se limiter à l’idée de briser le ‘ghetto rose’ en quelque sorte, car il y a beaucoup de ghettos un peu partout. » (...) « Il faut inspirer le changement culturel, qui doit être poussé par les dirigeants, parce que les organisations matures ont un conservatisme hérité » a déclaré Mme Gottemoeller, tout en discutant de la façon dont elle voit le changement comme un facilitateur au lieu d’un obstacle. »2
Le nationalisme ukrainien est-il soluble dans le mondialisme ? Après le dieu Perun, grande messe pour la déesse Diversité à l’occasion de l’Eurovision 2017 à Kiev : « Célébrer la diversité est le message central pour l’événement de cette année et est complété par un logo dont le design créatif est basé sur un collier traditionnel ukrainien connu comme Namysto. »3
Le festival Eurovision est une création de guerre culturelle atlantiste, donc mondialiste. Le 16 janvier 2015, l’OTAN déclassifiait quelques milliers de documents au titre du Freedom of Information Act en vigueur sur le territoire états-unien. Une école privée supérieure espagnole, GBN Gobernatia, spécialisée dans la formation des décideurs politiques et économiques, s’est penchée sur ces archives pour en extraire quelques pépites. L’Union Populaire Républicaine (UPR) commentait ainsi l’analyse du document dans la rubrique « Actualités » de son site : « Que nous dit cette analyse à propos du document déclassifié de l’OTAN ? Eh bien, il est désormais avéré que, le 28 janvier 1955, au palais de Chaillot, à Paris, les responsables du « Comité de Culture et d’Information publique » de l’OTAN se réunirent avec le directeur de la Radiodiffusion-Télévision française afin de lui soumettre un projet dans lequel la BBC était déjà partie prenante. Ce projet concernait la création d’un festival de musique dit "européen", qui serait baptisé Eurovision. Le 30 novembre 1955, une nouvelle réunion du même type au palais de Chaillot alla plus loin dans la définition du projet, en proposant cette fois-ci de créer un festival musical de l’Alliance atlantique. Le compte-rendu de cette réunion prévoyait la tenue de la première édition de ce festival pour le mois d’avril 1956. Le 12 février 1956, une troisième réunion décida d’utiliser le réseau de télévision et de radiodiffusion paneuropéen imaginé quelques années auparavant, et décida aussi que de douze à quatorze titres pourraient être interprétés lors d’un tel festival. Le festival de l’Eurovision tint finalement sa première édition en mai 1956. Ce festival se mit alors à servir très clairement les intérêts de l’OTAN et des États-Unis d’Amérique en réunissant, en Europe occidentale, des millions de téléspectateurs autour de 14 titres. C’est la toute récente victoire de l’Ukraine à l’Eurovision 2016, pour sa chanson « 1944 » qui a ravivé l’intérêt pour les liens entre le Concours de l’Eurovision et la géopolitique. Les paroles de cette chanson font clairement référence à la déportation des Tatars de Crimée par Staline. Et le « Concours Eurovision de la chanson 2016 » constitue donc une attaque implicite contre la Russie de Vladimir Poutine et plus spécialement contre le rattachement de la Crimée à la Russie suite au référendum du 16 mars 2014. En bref, Eurovision n’est en réalité qu’un outil de propagande et de manipulation des peuples d’Europe par la culture et par la langue. »4
Pendant l’Eurovision « gay-friendly » en Ukraine, la chaîne d’information France 24 réalisait un reportage sur la « diversité » dans ce pays. En progrès mais encore insuffisante selon la communauté LGBT locale. L’avenir est cependant ouvert : si l’église orthodoxe et des ultra-nationalistes s’y opposent pour la forme, ils laissent faire le gouvernement ukrainien quand il adopte les mesures pro-LGBT réclamées par Bruxelles pour intégrer l’Union Européenne. À quand une vraie révolution conservatrice en Ukraine ?5
Quelques mois avant l’Eurovision, Kiev avait accueilli en décembre 2016 un autre événement musical : le festival Asgardsrei, consacré au Black Metal, organisé avec la branche civile du régiment Azov (Corps National) pour faire la promotion d’idées tournant essentiellement autour de l’antichristianisme et de la lutte contre la Russie. La conférence « Pact of Steel » (Pacte d’acier, nom de l’alliance militaire entre Mussolini et Hitler) tenue en préambule du festival de rock était ainsi commentée par un observateur attentif du nationalisme ukrainien (Arkadi de Grave) : « De nombreuses discussions menées en 2010 et 2011 avec des traditionalistes ukrainiens, dont Olena Semenyaka et Andriy Voloshyn (qui devinrent plus tard responsables des relations internationales, la première au parti Corps National et le second à Svoboda), me montrèrent clairement que ceux-ci considéraient les Russes comme une race métèque, de faux Slaves mêlés de sang Tatar, une sous-peuplade asiatique sans aucun intérêt. Eux, ukrainiens, se proclament seuls véritables russes (la Rous’ de Kiev), opposés aux « Hordes asiatiques du Kremlin » (cf. interview de Semenyaka au Cercle Non Conforme). Mais la raison la plus ignorée de cette nouvelle russophobie directement issue du conflit ukrainien, et se propageant aujourd’hui dans de nombreux milieux nationalistes européens, est véritablement d’ordre spirituel, et même métaphysique. Il s’agit de combattre le « messianisme russe » ainsi que le christianisme, religion accusée d’être ontologiquement anti-européenne de par ses origines sémites. »6
Dans son effort pour rejoindre l’OTAN, le mouvement Azov est victime d’un dispositif d’ingénierie sociale en deux parties – hameçonnage et conduite du changement – procédant par petits pas et de proche en proche pour amener furtivement et graduellement un sujet à faire exactement le contraire de ce qu’il dit et de ce qu’il veut consciemment (cf. Kotter, Overtone). Le point de départ, c’est-à-dire le discours conscient d’Azov, est la défense de l’Ukraine contre la Russie. Le point d’arrivée d’Azov est la guerre contre la Russie parrainée par l’OTAN, faisant mécaniquement avancer en Ukraine le programme de l’OTAN – diversité, multiculturalisme, LGBT – donc attaquant l’Ukraine, et au-delà toute l’Europe, du moins si le mouvement Azov parvient à s’y développer. 
Les étapes intermédiaires de cette opération de rabattage des nationalistes sur le mondialisme par hameçonnage et conduite du changement sont : la russophobie, l’antichristianisme, le néo-paganisme, le néonazisme, l’européisme et l’atlantisme. Les dissonances cognitives et la schizophrénie organisée atteignent ici des sommets pour prendre l’Ukraine et l’Europe en tenaille sur un programme d’extrême-gauche mais arrivant depuis l’extrême-droite. Le mouvement Azov se retrouve ainsi à travailler activement pour le grand remplacement des Européens de souche par des non-Européens et des transgenres, tout en cultivant une mythologie qui lui donne le sentiment de faire le contraire et de se protéger contre les influences sémites : en juillet 2017, après avoir érigé le monument à Perun, le régiment organisait un tournoi en mémoire de Sviatoslav Ier, souverain païen de la Rus’ de Kiev ayant combattu en 964 l’État juif des Khazars.7
Sur le terre-plein central d’une avenue de Kiev, une grande affiche de format cinématographique du parti politique Union pan-ukrainienne « Liberté », abrégé communément en Svoboda (Liberté). L’origine de Svoboda est le Parti social-nationaliste d’Ukraine, fondé en 1991 par Oleg Tyagnibok et Andriy Paroubiy.
Le logo de ce parti était jusqu’en 2003 le même qu’Azov, à savoir le Wolfsangel, en mémoire du Troisième Reich. Aujourd’hui, Svoboda a un peu retravaillé et dénazifié son apparence. Résultat : pour fêter ses 25 ans, il a lancé cette campagne d’affichage évoquant une fresque historique autour d’une sorte de Jeanne d’Arc à l’ukrainienne. Jolie fille, jolies couleurs, Svoboda révèle un vrai sens de l’image. Une particularité linguistique : sur ce visuel, comme sur les clips vidéos, le slogan « Є СВОБОDА – БУDЕ УКРАÏНА ! », « Il y a la liberté, il y aura l’Ukraine ! », utilise parfois le D majuscule de l’alphabet latin au lieu du Д de l’alphabet cyrillique ukrainien.8
Réunion publique des fondateurs de Svoboda dans les années 90. Au pupitre, Oleg Tyagnibok ; au centre, en veste grise, qui se prépare à parler, Andriy Paroubiy ; assise sous les bannières à Wolfsangel, l’historienne Irina Farion. Dans un entretien de 2014, Andriy Paroubiy revenait sur son parcours et sur ses motivations profondes : « Peu après, j’ai en effet été l’un des cofondateurs du Parti national-socialiste d’Ukraine, aujourd’hui Svoboda. C’était le premier parti à s’exprimer en faveur d’une adhésion à l’OTAN et à désigner la Russie comme la menace principale pour l’Ukraine – et cela, à un moment où personne ne percevait la Russie comme une menace, mais comme un voisin et un partenaire. »9
Que sont devenus les fondateurs de Svoboda ? En avril 2016, Andriy Paroubiy était nommé Président du parlement ukrainien (Verkhovna Rada). Dans certains pays, on peut donc faire une brillante carrière politique à l’extrême-droite, à condition d’être atlantiste.
Deux mois auparavant, alors qu’il n’était que vice-président du parlement, Paroubiy rendait une visite officielle à un partenaire important de l’OTAN. Sur cette photo, on le voit épaule contre épaule avec Justin Trudeau, Premier ministre canadien, le même qui présentait en pleurant les excuses officielles de son pays au lobby LGBT le 28/11/2017. À gauche, l’ambassadeur d’Ukraine au Canada ; à droite, un membre du parlement canadien.10
Pour arriver à ces hautes fonctions, Andriy Paroubiy a beaucoup travaillé. Pendant le coup d’État de 2013-2014, il était surnommé le « commandant de Maïdan ». On le voit ici en train de superviser l’exfiltration des tireurs embusqués de l’Hôtel Ukraïna qui firent feu sur la foule et les forces de l’ordre le 20 février 2014, causant 80 victimes, massacre dont le gouvernement de l’époque fut accusé, ce qui précipita son renversement deux jours plus tard.
En février 2016, le Congrès des Russes canadiens s’étonnait que le Canada, dont le multiculturalisme est gravé dans la Constitution, reçoive Paroubiy avec tous les honneurs compte tenu de ses antécédents, et notait au passage que les autorités canadiennes se livraient à un véritable « relooking » du CV du personnage : « Nous parlons d’Andriy Paroubiy, l’ancien secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de défense de l’Ukraine et l’actuel premier vice-président de la Verkhovna Rada, le parlement ukrainien. Il a été invité à prendre la parole le 22 février à la Munk School of Global Affairs de Toronto. Le jour suivant, il a visité le Parlement canadien. Le curriculum vitae politique de Parubiy semblait impeccable sur le site Web de la Munk School (http://munkschool.utoronto.ca/event/20005). Cependant, il n’y avait pas un mot sur la participation active de Paroubiy aux mouvements d’extrême-droite ukrainiens depuis le début des années 1990. »11
De son côté, Oleg Tyagnibok est resté à Svoboda et en est devenu le président. Le 16 mars 2017, signature du manifeste commun des trois principales organisations nationalistes d’Ukraine. De gauche à droite : Oleg Tyagnibok pour Svoboda, Andriy Tarasenko pour Secteur Droit (Pravy Sektor) et Andriy Biletskiy pour Azov (Corps National). Le point numéro 2 du manifeste, l’union Baltique-Mer Noire, mérite l’attention car il est aussi connu sous le nom Intermarium, « Entre les mers » : « 2° Donner une nouvelle direction à la géopolitique ukrainienne. Ne s’aligner, ni sur l’Ouest, ni sur l’Est, mais créer une nouvelle forme d’union de dimension européenne, l’Union Baltique-Mer Noire. »12
En géopolitique, le projet Intermarium a été lancé par Josef Pilsudski, Président de Pologne entre 1918 et 1922. Aujourd’hui, ce programme d’unification des pays situés entre la Mer Noire et la Baltique est principalement soutenu par l’Amérique et ses colonies, comme le notait George Friedman, directeur de Stratfor – cabinet de conseil surnommé « la CIA de l’ombre » – dans un discours au Chicago Council on Global Affairs, en évoquant l’encerclement de la Russie par les troupes de l’OTAN : « Ce n’est donc pas un hasard si le général Hodges, qui a été nommé pour porter le chapeau, parle du pré-positionnement des troupes en Roumanie, en Bulgarie, en Pologne et jusqu’à la Baltique – par ces actions les USA préparent le "intermarium" de la mer Noire à la Baltique dont rêvait Pilsudski. C’est la solution pour les États-Unis. »13
En 2012, Oleg Tyagnibok apparaissait avec son parti politique et l’un de ses collègues, Igor Miroshnichenko, en cinquième place du classement quelque peu surréaliste établi par le Centre Simon-Wiesenthal des dix plus grands antisémites contemporains.14
Antisémite, néo-nazi, mais surtout antirusse, donc tout va bien ! Comme on le voit sur cette « photo de famille », Oleg Tyagnibok était reçu tout sourires par la secrétaire d’État américaine du Président Obama, Victoria Nuland, épouse de Robert Kagan, chef de file des néoconservateurs, tous deux juifs et soutiens d’Hillary Clinton contre Donald Trump.
Les nationalistes ukrainiens, alliés objectifs de la gauche nord-américaine ? Au plus haut niveau de la géopolitique, les « nazis » et les « juifs » ne s’opposent plus, la droite et la gauche disparaissent, et c’est la « question russe », ou plus largement de l’Eurasie, qui définit le clivage fondateur ami/ennemi (Carl Schmitt), ainsi que les vrais systèmes d’alliance et la vraie ligne de front des rapports de force mondiaux. Sur la photo, deux autres grandes figures de l’EuroMaïdan : à droite, Arseniy Yatseniouk, banquier reconverti en politique, qui deviendra Premier ministre ; derrière, Vitali Klitchko, ex-boxeur, protégé d’Angela Merkel, qui deviendra maire de Kiev. Début février 2014, une conversation entre Victoria Nuland et l’ambassadeur américain à Kiev, Geoffrey Pyatt, était interceptée et divulguée. On pouvait entendre Nuland et Pyatt disserter sur la meilleure façon d’utiliser ces trois leaders d’opposition pour renverser le Président Yanoukovitch et parachever ainsi ce putsch tant désiré sur la cote Est des États-Unis – et « Fuck l’UE ! », si ça ne plaît pas en Europe : « Nuland : Je pense que Yats est le type qui a l’expérience économique, l’expérience de gouvernance. Il est le... ce dont il a besoin, c’est que Klitch et Tiagnybok restent en dehors. Il a besoin de leur parler quatre fois par semaine, vous savez. Je pense juste que l’entrée de Klitch... il va être à ce niveau pour Yatseniouk, cela ne va pas marcher. »15
Pendant l’EuroMaïdan : Klitch, Yats et Tyagnibok, en train de prendre leurs ordres de John McCain, l’homme à tout faire de la CIA – un jour chez Daech, le lendemain à Kiev – et Geoffrey Pyatt, l’ambassadeur à lunettes des USA en Ukraine.
Retour sur la place

« A.C.A.B. » : slogan anglais, acronyme de « All Cops Are Bastards », « Tous les flics sont des salauds ». A.C.A.B. fait partie du vocabulaire commun aux hooligans d’extrême-droite et à l’extrême-gauche antifasciste. Ces deux viviers de jeunes gens énervés sont parfois combinés par les services d’action clandestine occidentaux avec des islamistes pour mettre sur pied des forces de procuration, réseaux Gladio brassant des bandes de manifestants casseurs, des terroristes et des paramilitaires dans une véritable ingénierie constructiviste des groupes sociaux, art de « dissoudre et coaguler » furtivement les groupes humains, de les fractionner ou de les reconstruire selon de nouveaux plans au moyen de mots-clés partagés et de l’invention d’un ennemi commun, nécessaire pour faire la sauce, le plus souvent représentant de l’autorité, les « flics » ou « la Russie de Poutine », par exemple.
Le Général britannique Frank Kitson est l’un des principaux théoriciens de cette guerre hybride menée par le biais de gangs et contre-gangs de supplétifs à assembler ou à monter les uns contre les autres en fonction des besoins du moment. Les techniques qu’il évoque dans ses écrits sont vieilles comme le monde, déjà connues par les Chinois et les Grecs anciens en tant que stratagèmes de guerre psychologique fondés sur la ruse et les stratégies indirectes, mais Frank Kitson a eu le mérite d’en faire la plus récente mise à jour. Extraits d’un ouvrage sur Chavez préfacé par Michel Collon qui rappellent les grandes lignes de cette « doctrine Kitson » : « Tout général qu’il soit, Kitson considère que la répression militaire et policière classique n’a aucune chance de réussir sans une "campagne pour gagner les cœurs et les esprits, qu’il appelle guerre psychologique stratégique". Que recouvre ce terme mystérieux ? Cela se clarifie quand on examine l’ensemble des méthodes prônées, et utilisées, par Kitson : – Former tous les cadres importants des ministères (Armée, Affaires étrangères…) aux techniques de "psy ops" (manipulations psychologiques de l’opinion). – Monter de "pseudo-gangs" qui recueilleront un maximum d’informations. Mais qui, surtout, en menant des "coups" attribués à l’ennemi, permettront de le discréditer. – Employer les "forces spéciales" (SAS) pour réaliser des attentats qui seront attribués à l’ennemi afin d’augmenter la tension et justifier la répression. (…) Après ses succès en Irlande, la doctrine Kitson devint la doctrine officielle des services britanniques et occidentaux, et celle de l’OTAN. On la retrouvera appliquée dans tous les grands conflits de ces dernières années. Particulièrement dans les programmes que Washington appelle "changements de régime" et qu’il faudrait plutôt appeler "coups d’État". »16
Sur les murs du piédestal de la colonne de l’Indépendance de Maïdan, les Ukrainiens affichent des placards et des dazibaos. On reconnaît George Soros, qui voisine avec Joseph Goebbels. Le cadrage ne laisse voir que le menton et la veste de Goebbels, mais l’on distingue malgré tout au-dessus du « philanthrope » juif le fameux portrait du responsable de la propagande d’Hitler. Sur fond noir, entre parenthèses, son prénom Йозеф (Joseph) est encore visible mais le nom (Геббельс) a disparu avec le morceau de papier déchiré. En surimpression, un fan de Soros a écrit « РЕВОЛЮЦiЯ ЩЕ БУДЕ !!! » : « La révolution aura lieu !!! »
>
Le portrait complet de Goebbels collé au-dessus de celui de George Soros. On attribue à Joseph Goebbels l’aphorisme suivant : « Répétez un mensonge mille fois, cela devient une vérité. » Kitson et Soros approuvent fortement !
Inversion des positions dessus-dessous : caricature représentant un juif ricanant sur les épaules d’une pauvre fille en guenilles, allant pieds nus et jouant de l’accordéon, pour gagner sa vie probablement. Sur la page de droite, un texte poignant intitulé « Vous êtes du bétail » (« Ты – быдло »), par un blogueur ukrainien du nom de Serguiy Leshchenko (Ϲергiй Лещенкo), publié le 6 mai 2012 sur le site Ukrainska Pravda (Української правди).17

L.C.

À paraître du même auteur : postface « Ethno-futurisme et société ouverte » dans George Soros et la société ouverte : métapolitique du globalisme, de Pierre-Antoine Plaquevent, éditions Le Retour aux sources, 2018 (préface de Xavier Moreau).

1 « After 2 years of training, Azov Regiment itches to return to war », Kyiv Post, 01/09/2017.
https://www.kyivpost.com/ukraine-politics/two-years-training-azov-regiment-itches-return-war.html
Pour télécharger le numéro complet du Kyiv Post (vol. 22, issue 35).
https://www.pressreader.com/ukraine/kyiv-post/20170901/281483571523445

2 « There is more to diversity than gender », NATO Communications and Information Agency, 10/02/2017.
https://www.ncia.nato.int/NewsRoom/Pages/170210_diversity_is_not_gender.aspx

3 « Ukraine is ready to Celebrate Diversity in 2017 », Eurovision Song Contest, 30/01/2017.
https://eurovision.tv/story/ukraine-is-ready-to-celebrate-diversity-in-2017

4 « Le festival de l’Eurovision ? Une création de l’Otan », UPR, 08/09/2015.
https://www.upr.fr/actualite/festival-de-l-eurovision-creation-de-lotan/

5 « L’Ukraine gay-friendly accueille l’Eurovision », France 24, 11/05/2017.
https://www.youtube.com/watch?v=v8HO0CsBh2I

6 « De Prométhée à Lucifer : une nouvelle russophobie militante en Ukraine », Geopolitica.ru, 23/09/2017.
https://www.geopolitica.ru/fr/article/de-promethee-lucifer-une-nouvelle-russophobie-militante-en-ukraine

7 « Pagan Idols and Blood Letting: Azov celebrates "the Grand Victory over Judaic State" », Stalker Zone, 09/07/2017.
http://www.stalkerzone.org/pagan-idols-blood-letting-azov-celebrates-grand-victory-judaic-state/

8 Version courte de la vidéo anniversaire de Svoboda : « Є СВОБОДА – БУДЕ УКРАїНА! »
https://www.youtube.com/watch?v=OAcDr1u3AP8

9 « Politique Internationale. Entretien avec Andriy Parubiy : "La Troisième Révolution ukrainienne" », Nouvelles de l’Est, 18/09/2014.
https://nouvellesest.com/2014/09/18/politique-internationale-entretien-avec-andriy-parubiy-la-troisieme-revolution-ukrainienne/

10 « Verkhovna Rada first vice-chair visits Ottawa », The Ukrainian Weekly, 04/03/2016.
http://www.ukrweekly.com/uwwp/verkhovna-rada-first-vice-chair-visits-ottawa/

11 « An Appeal to the Members of Parliament in connection with the visit of Andriy Parubiy to Canada », Russian Congress of Canada, 26/02/2016. 
http://russiancongresscanada.org/geopolitics-en/regarding-the-ukrainian-parubiy-visit-to-canada/

12 « Signature du Manifeste National par les leaders de plusieurs organisations nationalistes ukrainiennes dont le Corps National, le Secteur Droit et Svoboda », Reconquista Europe, 18/03/2017.
http://reconquista-europe.tumblr.com/post/158559789571/en-text-of-the-manifesto-signed-by-leaders-of

13 « L’impérialisme décomplexé de George Friedman », Polémia, 20/04/2015.
https://www.polemia.com/limperialisme-decomplexe-de-george-friedman/#prettyPhoto

14 « 2012 Top Ten Anti-Israel/Anti-Semitic Slurs: Mainstream Anti-Semitism Threatens World Peace », Simon Wiesenthal Center.
http://www.wiesenthal.com/site/apps/nlnet/content2.aspx?c=lsKWLbPJLnF&b=7929811&ct=12697485

15 « Ukraine crisis: Transcript of leaked Nuland-Pyatt call », CNN, 07/02/2014.
http://www.bbc.com/news/world-europe-26079957

16 « Comment la CIA mène la "guerre psychologique" », Investig’Action, 06/03/2008.
https://www.investigaction.net/fr/Comment-la-CIA-mene-la-034-guerre/

17 https://blogs.pravda.com.ua/authors/leschenko/4fa6a18d8ea18/

Partager cette page

S'abonner à « Méthode »


Saisissez votre adresse mail dans l'espace ci-dessous : c'est gratuit et sans engagement

Nous contacter