SEPTEMBRE 2018

Remettre l’État à sa place et dans son rôle : 1 L’immigration

par Christian VANNESTE

La confusion des esprits domine largement la pensée politique actuelle. L’épicentre du phénomène se situe clairement dans la conception que l’on doit se faire de l’État en se délestant des idéologies et en faisant preuve de bon sens, c’est-à-dire en raisonnant. Les vraies questions qui se posent sont simples : quelle est la fonction de l’État ? Au nom de quoi et de qui doit-il la remplir ? Qui doit conduire la politique qu’il mène ? Quelles sont les limites à son action ?
L’immigration est un de ces problèmes qui font apparaître de multiples contradictions dans les réponses qui sont données. La France, c’est-à-dire l’État qui la dirige et la représente, devrait pour certains, par exemple les associations ou les ONG qui ne parlent que pour elles-mêmes, accueillir les migrants recueillis en mer au nom de la solidarité, humaine et européenne, et en vertu du droit maritime, afin notamment de sauver son « honneur ». D’ailleurs, des individus se donnent le droit d’aider les migrants illégaux ou proposent de les recevoir en Corse, ou à Sète, sans la moindre légitimité pour le faire.
La notion de l’honneur appartient à la morale subjective. Elle n’a guère sa place dans le comportement des États qui doivent avant tout être pragmatiques et efficaces, sauf lorsqu’il s’agit de respecter des engagements internationaux. C’était l’un des arguments du général de Gaulle : il fallait continuer le combat pour respecter notre alliance avec le Royaume-Uni. Mais on remarquera qu’il y en avait deux autres, le bon sens et l’intérêt supérieur de la Patrie. Ces deux-là sont évidemment absents aujourd’hui chez les partisans de l’immigration. Il est absurde de favoriser une immigration africaine en provenance de pays dénués de liens avec le nôtre comme l’Érythrée, par exemple, dont la population, musulmane et peu formée, n’apportera dans notre pays que des problèmes supplémentaires. Il n’est pas dans l’intérêt de la France de laisser entrer des étrangers en faisant semblant de croire qu’il s’agit de réfugiés politiques quand leur profil montre à l’évidence qu’ils sont avant tout des migrants économiques dont notre pays n’a nul besoin et qu’on aura le plus grand mal à faire repartir ensuite. Les hommes jeunes qui sont une large majorité des clandestins, une fois installés, n’auront de cesse que de se faire régulariser et de faire venir leur famille. Il n’y a aucun honneur à être dupe, et cela vaut pour le respect des traités. Le sauvetage en mer doit s’imposer en cas de naufrage accidentel. Or, nous faisons face à un détournement pervers du droit qui consiste à organiser le sauvetage sous la menace du naufrage au bénéfice de passeurs immondes dont les ONG se font les complices plus ou moins conscients et volontaires. Ce système entretient le trafic migratoire et ses tragédies humaines.
Le rôle de l’État est d’assurer le bien commun du peuple dont il a la charge, au premier rang duquel se situe la sécurité. En dehors des vrais demandeurs d’asile qui ne seraient qu’une poignée, des opposants victimes de la répression d’une dictature uniquement, lesquels devraient être identifiés sur place, en Afrique, dans ces « centres d’accueil » dont on parle comme de l’Arlésienne, sans jamais les voir, il n’y a ni devoir, ni intérêt pour l’État à ouvrir nos frontières à la vague migratoire. Son pouvoir n’est légitime que par l’onction de la volonté populaire or celle-ci est, avec bon sens, de plus en plus hostile à l’immigration. On a envie de crier « au fou » lorsque des partisans acharnés de celle-ci prétendent qu’il faut changer les mentalités ! Certes, le pouvoir populaire n’est pas absolu, mais celui des minorités ne l’est pas davantage. Le droit suprême, en l’occurrence celui qui est inscrit dans notre « Déclaration », affirme notamment que la souveraineté réside dans la Nation, et donc que ni la Corse, ni le Port de Sète n’en détiennent ne serait-ce qu’une partie. Elle professe également que la liberté, la propriété et la sûreté sont trois des droits fondamentaux qui doivent être sauvegardés. Il convient donc de rappeler aux élus qui sont à la tête de notre pays que toute politique qui porte atteinte par ses effets, à la liberté, à la propriété ou à la sécurité des Français est une trahison à l’égard du mandat qu’ils ont reçu du peuple souverain ! Les quartiers où la police n’ose plus pénétrer, les fêtes ou les manifestations qui se terminent en pillages ou en incendies, la multiplication des attaques à l’arme blanche sont pourtant des signaux assez effrayants pour savoir ce que l’honneur, le bon sens, et l’intérêt supérieur de la Patrie imposent maintenant. Vouloir « sauver l’honneur » en douce en accueillant 60 passagers de l’Aquarius, pour satisfaire une partie de sa clientèle politique revient à encourager le trafic et à trahir sa mission.

C.V.

Partager cette page

S'abonner à « Méthode »


Saisissez votre adresse mail dans l'espace ci-dessous : c'est gratuit et sans engagement

Nous contacter