AOÛT-SEPTEMBRE 2019

Garder la souveraine

par Roger-Pol COTTEREAU

Qu’elle soit un royaume ou une république,  
La France est ma fratrie autant que ma patrie.
Qu’elle soit baptisée ou qu’elle soit laïque,
Elle est mon arc-en-ciel dans un monde de pluie.

Par ses arts de la vie, ses marins solitaires,
Ses sportifs insoumis, ses exploits ferroviaires,
Elle est, comme jadis, la fille du soleil
Qu’abbés et compagnons, troubadours, mousquetaires,
Célébraient et servaient du lever au sommeil.

Par ses explorateurs des continents spatiaux,
Ses plongeurs découvrant la lumière des ombres,
Elle est le doux parfum d’avenir sur la peau,
D’une nation unique au grand marché du nombre.

Je lui dois tous ces mots jaillis de ses fontaines,
On veut la faire esclave alors qu’elle est princesse,
Ô vous qui m’écoutez, gardez-la souveraine !
Damné sera le fils acceptant qu’on enchaîne
La mère dont la voix, à l’infinie tendresse,
Le rassurait, enfant, d’une berceuse ancienne.

Roger-Pol COTTEREAU

Poème extrait du recueil SOLEILS paru  aux EDITIONS DE LA NERTHE. 

Partager cette page

S'abonner à « Méthode »


Saisissez votre adresse mail dans l'espace ci-dessous : c'est gratuit et sans engagement

Nous contacter