AOÛT-SEPTEMBRE 2019

Greta Thunberg et le retour du syndrome Samantha Smith

par Karine BECHET-GOLOVKO

L'icône Greta Thunberg n'est pas une nouveauté, elle est le signe de la soviétisation de nos dirigeants.
Incapables de gouverner réellement un monde devenu trop complexe pour eux, incapables de donner confiance en l'avenir, ne pouvant que faire semblant de rajeunir des méthodes qu'ils ne comprennent plus, ils se tournent et nous entraînent avec eux dans l'impasse du mythe de la jeunesse idéale.
Samantha Smith, la première Greta Thunberg

Jeunesse qu'ils idéalisent à la mesure de leur échec personnel à saisir l'avenir. Avant Greta Thunberg, il y eut Samantha Smith - sous Andropov. L'histoire se répète. La voici.
Nous sommes en 1982, après la mort de Brejnev, à l'époque où le « monde libre » fait monter les enchères de la guerre nucléaire, provoquant une véritable hystérie collective en Occident en général et aux Etats-Unis notamment. C'est dans ce contexte, quelques jours simplement après le décès du dirigeant soviétique, que la jeune écolière américaine, Samantha Smith, envoie une lettre à Yuri Andropov, nouveau secrétaire général du parti communiste de l'URSS, dont le passé fait peur aux dirigeants de l'Ouest. L'on appréciera le timing. Voici la lettre :

« Cher M. Andropov,
Je m’appelle Samantha Smith. J’ai dix ans. Félicitations pour votre nouvelle fonction. Je me suis inquiétée à propos d’une guerre nucléaire entre la Russie et les États-Unis. Est-ce que vous allez voter pour avoir une guerre ou pas ? Si vous ne le voulez pas, dites-moi s’il vous plaît comment vous allez faire pour qu’il n’y ait pas de guerre. Une autre question à laquelle vous n’êtes pas obligé de répondre, c’est que j’aimerais savoir pourquoi vous voulez conquérir le monde ou au moins notre pays. Dieu a fait le monde pour que nous y vivions ensemble dans la paix, pas pour nous combattre.
Bien à vous,
Samantha Smith » 

Andropov lui répond et l'invite, ce qui sera fait dès 1983.

« Chère Samantha,
J’ai bien reçu ta lettre, qui ressemble à tant d’autres m’étant parvenues de ton pays et d’autres pays à travers le monde.
Il me semble –à en juger par ta lettre– que tu es une fille courageuse et honnête, semblable à Becky, l’amie de Tom Sawyer dans le célèbre livre de ton compatriote Mark Twain. Ce livre est connu et apprécié aussi dans notre pays par tous les petits garçons et toutes les petites filles.
Tu écris que tu es inquiète de l’éventualité d’une guerre nucléaire entre nos deux pays. Et tu demandes si nous allons faire quelque chose pour que la guerre n’éclate pas.
Ta question est la plus importante parmi celles que tout homme sensé peut poser. Je vais te répondre avec sérieux et honnêteté.
Oui, Samantha, nous en Union soviétique.
Tâchons de tout faire pour qu’il n’y ait pas de guerre sur Terre. C’est ce que veut tout Soviétique. C’est ce que le grand fondateur de notre État, Vladimir Lénine, nous a enseigné.
Les Soviétiques savent à quel point la guerre est une chose terrible. Il y a quarante-deux ans, l’Allemagne nazie, qui visait à la suprématie mondiale, a attaqué notre pays, brûlé et détruit plusieurs milliers de nos villes et villages, tué des millions d’hommes, de femmes et d’enfants.
Dans cette guerre, qui se termina par notre victoire, nous étions alliés avec les États-Unis : ensemble nous avons lutté pour la libération de nombreux peuples face aux envahisseurs nazis. J’espère que tu sais tout cela grâce à tes cours d’histoire à l’école. Et aujourd’hui nous voulons ardemment vivre en paix, commercer et coopérer avec tous nos voisins sur cette planète, qu’ils soient proches ou éloignés. Y compris bien entendu avec un aussi grand pays que les États-Unis d’Amérique.
En Amérique et dans notre pays il y a des armes nucléaires – de terribles armes pouvant tuer des millions de gens en un instant. Mais nous ne voulons jamais avoir à les utiliser. C’est précisément la raison pour laquelle l’Union soviétique a solennellement déclaré à travers le monde entier que jamais –jamais– elle n’utiliserait ses armes nucléaires en premier contre aucun pays. De manière générale nous proposons de mettre un terme à leur production et de procéder à la suppression de tous les stocks existants.
Il me semble que cela suffit à répondre à ta deuxième question : « Pourquoi voulez-vous faire la guerre au monde entier ou au moins aux États-Unis ?» Nous ne voulons rien de ce genre. Personne dans ce pays – ni les ouvriers et les paysans, ni les écrivains et les médecins, ni les adultes et les enfants, ni les membres du gouvernement – ne veut d’une guerre, grande ou petite.
Nous voulons la paix – et nous avons d’autres occupations : faire pousser du blé, construire et inventer, écrire des livres et s’envoler dans l’espace. Nous voulons la paix pour nous-mêmes et pour tous les peuples de cette planète. Pour nos enfants et pour toi, Samantha.
Je t’invite, si tes parents sont d’accord, à venir dans notre pays, l’été étant la meilleure saison. Tu découvriras notre pays, tu rencontreras des jeunes gens de ton âge en visitant un camp international pour enfants –Artek– au bord de la mer.
Et tu le constateras par toi-même : en Union soviétique, chacun est pour la paix et l’amitié entre les peuples.
Merci pour ta lettre. Je te souhaite le meilleur dans la vie.
I. Andropov

Alors comme maintenant, les enfants doivent sauver le monde de l'incompétence et de la folie des adultes. Le problème fondamental de cette position étant qu'ils grandissent (inévitablement), leur incompétence et leur folie n'est donc qu'une question de temps. Il est alors fondamental, à la fois de les bloquer dans l'enfance (par exemple, Greta n'a plus besoin d'aller à l'école) et d'agir très vite pour leur donner une dimension médiatique, le temps joue contre eux.
À l'époque aussi la dimension médiatique a été parfaitement maîtrisée de part et d'autre.  Non seulement les médias soviétiques ont largement couvert l'évènement, mais les grands journalistes américains se battaient pour des interviews de la jeune « ambassadrice de la paix » et l'accompagnent lors de son séjour. Elle va, tout comme Greta, se rendre devant l'organe représentatif du pays, à savoir le Soviet suprême, mais Andropov, pour raison de santé ne pourra la rencontrer personnellement, en revanche il discutera avec elle au téléphone. Ensuite, elle écrira un livre sur son voyage en URSS, où finalement elle a découvert des êtres humains.
Les enfants sont toujours utilisés dans les opérations de com politique, car ils sont (et ont) le visage de l'innocence. Les gens les croient donc sur parole. L'on se rappellera la mise en scène des Casques blancs avec la fausse attaque chimique de Douma en Syrie, démentie par l'enfant lui-même. Étrangement, la presse occidentale s'est beaucoup moins intéressée à lui à ce moment-là.
Samantha Smith alors, Greta Thunberg aujourd'hui, sont les jouets de gouvernants qui ont besoin d'une baguette magique pour résoudre ce qu'ils ne peuvent faire. Et quitter le pouvoir, ils n'en ont pas l'intention. Alors Samantha continue après l'URSS d'être « l'ambassadrice de la paix dans le monde » et mourra dans un crash aérien en 1985.
Une carrière très courte. Greta fait le tour du monde des Parlements pour diffuser des messages apocalyptiques.
Les temps ont changé, les messages des adultes aussi. Dans les années 80, l'Occident avait une victoire à mener sur l'URSS et la faiblesse grandissante de celle-ci l'encourageait. La Pax americana se rapprochait, elle pouvait avoir le visage de Samantha. Aujourd'hui, nous sommes en plein zastoï (stagnation) néolibéral, le message n'est plus un message d'espoir, mais de peur. Nous avions une Samantha souriante et pleine de vie, nous héritons d'une Greta cyborg, image d'une humanité en perte d'elle-même.
Finalement, les temps changent, les technologies restent.

K.B-G.

Partager cette page

S'abonner à « Méthode »


Saisissez votre adresse mail dans l'espace ci-dessous : c'est gratuit et sans engagement

Nous contacter