JUIN-JUILLET 2019

L’Azerbaïdjan, mon pays coup de cœur

par Alexandre WATTIN

Dans un article précédent j’avais retracé le centenaire de la proclamation de la République démocratique d’Azerbaïdjan lequel, malgré une courte existence, avait posé les fondements de son développement indépendant à l’étape contemporaine. Pays musulman laïc dont la tolérance religieuse cherche son pareil, l’Azerbaïdjan moderne est aujourd’hui un pont actif de dialogue et de coopération entre l’Europe et le monde de l’Islam et un facteur de stabilité et de sécurité pour toute la région. L’Union Européenne comme d’autres pays auraient tout intérêt à renforcer leurs coopérations avec ce pays qui par son rôle stratégique privilégié joue actuellement un rôle déterminant dans cette partie du monde en contribuant à la stabilité de la région Caspienne grâce à sa politique de bon voisinage.

Pour beaucoup, l’Azerbaïdjan ne rime inévitablement avec industrie pétrolière, mais les temps ont bien changé et ce magnifique pays qu’est l’Azerbaïdjan développe une économie non-pétrolière en recherchant de bâtir des rapports équilibrés avec de nombreux partenaires économiques, avec ses voisins directs, mais également au niveau international.
En effet, l’Azerbaïdjan désire dépasser les seuls atouts que lui confèrent ses immenses réserves d’hydrocarbures et de gaz, pour valoriser son multiculturalisme, son tourisme, sa diplomatie d’équilibre et le potentiel de diversification de son économie qui sont le fruit d’une politique volontariste menée par le président Ilham Aliyev qui a accompli d’immenses progrès économiques en un temps record. Preuve visible de sa métamorphose sa fabuleuse capitale Bakou qui est devenue en quelques années seulement la vitrine d’un pays façonné par une histoire riche au carrefour des civilisations et des routes commerciales. 

UN PRÉSIDENT VISIONNAIRE

L’actuel président d’Azerbaïdjan est le fils du père de la nation Azerbaidjanaise Heydar Aliyev qui gouvernait le pays après l'effondrement de l'URSS en 1991. Après de brillantes études, son fils Ilham Aliyev, se lance dans les affaires et occupe les importantes fonctions de dirigeant d’un groupe d'entreprises privées industrielles et commerciales jusqu'en 1994 année où il se lance avec succès dans la politique. Il sera élu député au Parlement en 1995 et nommé chef de la délégation azerbaïdjanaise au Conseil de l'Europe. Très engagé dans le domaine sportif il deviendra à la même période président du Comité national olympique azéri.

Nommé Premier ministre il se met en congé pour préparer l'élection présidentielle et le 15 octobre 2003, Ilham Aliyev, est triomphalement élu président de la République d’Azerbaïdjan. Dès lors, il n’a eu cesse d’accomplir d’immenses progrès économiques pour son pays en un temps record qui font que ce pays connait sous son impulsion une croissance exponentielle. Mais il ne fait pas l’impasse de la réduction de la pauvreté et du développement du système scolaire, qui sont des réussites majeures de sa présidence.

L’AZERBAÏDJAN, UN PONT ENTRE LES CIVILISATIONS

Grâce à sa politique étrangère multi-vectorielle et équilibrée, le Président Ilham Aliyev joue le rôle de promoteur de la coopération, de la sécurité et du dialogue régional et interculturel. L’Azerbaïdjan accueille depuis des siècles des communautés religieuses les plus diverses. La coexistence pacifique, l’unité entre les communautés musulmanes est exemplaire et l’Azerbaïdjan est un membre très actif au sein de l’Organisation de la Coopération islamique (OCI). L’Azerbaïdjan est également membre depuis 2001 du Conseil de l’Europe et a assuré la présidence du conseil des ministres du Conseil en 2014 où elle a déployé des efforts importants pour faire avancer les objectifs de l’institution et pour lancer les initiatives et contribuer activement au processus de dialogue entre les cultures et les civilisations. Aussi, l’Azerbaïdjan accueille des événements internationaux tels que le « Forum International Humanitaire de Bakou », le « Forum mondial sur le dialogue interculturel ». Membre de l’UNESCO depuis 1992, le président Aliyev a lancé en 2008, le « processus de Bakou » qui promeut le dialogue et la communication interculturel dans le monde. En moins de 10 ans ce forum est devenu un rendez-vous incontournable international qui permet à l’Azerbaïdjan d’accueillir tous les deux ans le Forum Mondial sur le dialogue interculturel. Mais c’est surtout grâce à la politique culturelle menée par la Première vice-présidente d’Azerbaïdjan, Mme Mehriban Aliyeva, que le pays connait un développement culturelle exceptionnel. Ses multiples contributions dans de le domaine de la culture de la musique, de la poésie, de l’éducation et des échanges entre les différentes cultures ont été honorées par le titre « d’Ambassadrice de bonne volonté de l’UNESCO » en 2014. L’accueil, des premiers Jeux Européens en 2015 et des Jeux de la Solidarité islamique en 2017, sont un autre signe fort de la politique volontariste de ce pays en faveur du dialogue entre les cultures et les civilisations. Ce n’est pas un hasard si, lors de la visite qu’il a effectué en Azerbaïdjan en septembre 2016, le Pape François l’a qualifié de « pont entre les civilisations ».


UN HUB ÉCONOMIQUE INCONTOURNABLE

Le président Aliyev se lance depuis quelques années, dans de nouvelles réformes ayant pour but de diversifier l’économie du pays. Ainsi L’Azerbaïdjan se positionne de plus en plus comme un hub au plan logistique et de la coopération économique régionale. Les nombreux projets qu’impulsent le président Aliyev en faveur du développement de son pays et de son intégration dans la région sont remarquables. Il fait de son pays le pivot de la coopération économique régionale en initiant et réalisant des projets de Corridors de transports tel celui de Nord-Sud s’étendant de l’Océan Indien à l’Europe du Nord, et intégrant les systèmes ferroviaires d’Azerbaïdjan d’Iran et de Russie et celui de transport Est-Ouest avec les pays partenaires de l’UE, de la Géorgie, de la Turquie, du Kazakhstan et de la Chine. Le pétrole et le gaz restent tout naturellement une priorité pour l’Azerbaïdjan et l’inauguration d’un énorme gazoduc constitue l’étape clé de la mise en place d’un « Corridor gazier Sud » prévu d’assurer la sécurité énergétique à long terme et à diversifier les sources d’approvisionnement gazier des pays européens. Le pays s’est également engagé dans une démarche volontariste de promotion des liens commerciaux et d’investissements avec de nombreux pays étrangers qui opèrent depuis peu dans des secteurs d’activé économiques azerbaïdjanaises avec succès. Ainsi les liens commerciaux initiés par l’Azerbaïdjan avec de nombreux pays occidentaux ont permis de leurs présenter des perspectives d’investissements prometteuses prioritaire pour la bonne santé économique d’Azerbaïdjan. Ainsi la création de chambres de commences bilatérales permettent des échanges et des expertises entre entreprises azerbaïdjanaises et étrangères profitables aux échanges commerciaux.

BAKOU, LA PERLE DU CAUCASE

Plus grande ville du Caucase est le carrefour culturel de la région mais aussi une ville qui mérite d’être découverte par un tourisme choisi. En effet, c’est une capitale d’une richesse culturelle extraordinaire dont les joyaux architecturaux et une population des plus accueillante méritent qu’elle soit respectée et qu’elle ne devienne pas la victime d’un futur tourisme de masse qui ne pourrait que lui nuire.
La zone de loisirs la plus prisée est le boulevard côtier qui longe le littoral qui est un excellent endroit pour les promenades seuls ou en famille, le boulevard est décoré d'immenses châtaigniers et de parterres de fleurs colorés, de fontaines pittoresques et de palmiers. 
Les marchés colorés de Bakou sont un véritable spectacle dont le marché vert est le plus connu et le plus populaire.
Le funiculaire vous emmène admirer le panorama de la ville et ensuite une excursion en mer vous emmènera le long de la baie de Bakou. Le centre-ville historique est riche d’une architecture inestimable. L'ancienne forteresse İçəri Şəhər, la Tour de la jeune fille, le minaret Shinji-Kala, « Baill Stones », la maison du Burkina Khane, de nombreuses anciennes mosquées et des complexes commerciaux ne sont qu'une petite partie des bâtiments uniques qui méritent d'être visités.
Dans la vieille ville et un peu partout, il y a d’innombrables petits magasins, magasins de souvenirs, cafés etc… on ne peut pas mourir de faim à Bakou.

CONCLUSION

L’Azerbaïdjan est de nouveau à la croisée des mondes occidentaux et orientaux. Après des décennies de dictature soviétique, les azéris vivent aujourd’hui dans un pays démocratique qui se modernise à grande vitesse et qui se hisse, grâce à ses incommensurables ressources naturelles et par une politique d’ouverture volontariste, parmi les grandes nations économiques de ce monde. Nature riche, paysages grandioses, patrimoine d’exception, habitants conviviaux et attachants, l’Azerbaïdjan mérite d’être découvert autrement que par le prisme économique.

A.W.

Partager cette page

S'abonner à « Méthode »


Saisissez votre adresse mail dans l'espace ci-dessous : c'est gratuit et sans engagement

Nous contacter