AVRIL 2018

Saint Antoine de Novgorod et le Monastère que lui a été dédié

par Daniela ASARO ROMANOFF

Le Monastère, dédié ensuite à Saint Antoine, fut fondé à Novgorod en 1117 ; sa construction fut terminée en 1119.

Une légende nous raconte que le Saint vola de Rome jusqu’à Novgorod soutenu par un rocher. Actuellement le rocher se trouve dans l’Église de la Nativité de la Mère de notre Seigneur. Antoine devint Egumène du Monastère en 1131 et fut consacré par l’Archevêque Niphon.

Le Saint a été enseveli à l’intérieur de l’Église de la Nativité.

Actuellement le Monastère n’appartient plus à l’Église Russe Orthodoxe, mais fait partie du Musée de Novgorod.

Saint Antoine de Novgorod naquit à Rome en 1067. Ses parents restèrent fidèles à l’orthodoxie des Églises orientales, qu’ils transmirent à leur fils. Rappelons qu’en 1054 l’Église Catholique Romaine et l’Église Orthodoxe Orientale se divisèrent à cause d’insurmontable différences politiques et ecclésiastiques. Le Patriarche d’alors, Michael Cerularius, alors qu’il se refusait de reconnaitre l’Église de Rome, fut excommunié. Le deux Églises essayèrent de trouver une unité en 1274 (deuxième Concile de Lyon) et en 1439 (Concile de Florence), mais l’Église Orthodoxe par la suite renia ces Conciles. En 1965, le Pape Paul VI et le Patriarche de Constantinople annulèrent les anathèmes remontant à l’an 1054. Selon la Foi orthodoxe l’Esprit Saint provient du Père, tandis que selon la Foi catholique du Père et du Fils. Le « filioque » n’a jamais été accepté par l’Église Orthodoxe Orientale. Un autre motif de division fut le pain eucharistique. L’Église Orientale n’accepta pas que le pain eucharistique puisse être du pain azyme. 

Antoine reçut une excellente éducation. Il était capable de lire les Écritures Saintes aussi bien en grec qu’en latin. Très jeune, il perdit ses deux parents, alors qu’il avait à peine dix-sept ans. Cette triste vicissitude le convint encore plus de dédier sa vie à Dieu. Il distribua tous ses biens aux pauvres. Il quitta la ville trop bruyante et se retira, en quête de solitude.

Il rencontra des moines qui préservaient leur Foi orthodoxe et se joint à eux. Il passa ainsi vingt années, vivant en ascète. Lorsque l’Église romaine déconsacra le Monastère, Antoine trouva refuge dans un endroit près de la mer, sur un rocher. Il resta sur ce rocher pendant un an, priant et se nourrissant d’herbes et de racines. Le 5 septembre 1105, il y eut une terrible tempête. Antoine se retrouva miraculeusement transporté à Novgorod. Les chroniques de Novgorod rapportent cet évènement.

Un marchand grec informa Antoine qu’il se trouvait parmi des populations orthodoxes et il en fut fort heureux. Il apprit la langue parlée par la population et fut bien accueilli par l’Évêque Saint Nikita, dit l’Ermite. L’Évêque, ayant été mis au courant du prodigieux voyage d’Antoine, le considéra comme un Ange envoyé par le Seigneur. Le lieu, où se trouvait le rocher, qui avait porté Antoine en Russie, fut béni par l’Évêque et l’on donna l’ordre de construire une Église à cet endroit.   

Comme nous l’avons indiqué au début, on construisit en deux ans (1117- 1119) une Église en l’honneur de la Nativité de Sainte Théotokos. L’église fut décorée à l’intérieur avec de précieuses fresques et elle est de nos jours encore bien conservée.

L’Évêque qui succéda à Nikita, Niphon, convainquit Antoine de devenir prêtre et lui assigna la charge d’Abbé en 1131. Antoine fut un guide sûr et sage pour les moines ; il était diligent et ascète ; sa cellule et sa chapelle étaient minuscules.

Par la suite, des pêcheurs découvrirent dans la mer un petit tonneau et bien que l’Abbé Antoine l’eût reconnu, les pêcheurs ne voulaient pas le lui rendre. Ce n’est qu’après un honnête procès, l’Abbé ayant décrit le contenu du tonneau, qu’il lui fut restitué. Antoine utilisa l’argent trouvé à l’intérieur du tonneau pour acheter des terres pour le Monastère. La vie monastique unissait une vie intense de labeur à l’ascétisme et à la prière.

Dès sa rencontre avec l’Évêque Nikita, Antoine avait demandé que l’histoire de son voyage miraculeux ne fut jamais révélée. Seulement vers la fin de sa vie, l’Abbé révéla l’exceptionnel voyage à l’un des moines : Andrea.

Il mourut le 3 août 1147

La population découvrit le miracle pour la Gloire de Dieu. 

Avec grand soin, les moines conservèrent les quelques objets qui avaient appartenu à l’Abbé : une canne à pêche, ses pauvres habits et le saint rocher. On continua avec le règlement cénobitique.

Actuellement les reliques de Saint Antoine reposent intactes dans un reliquaire ouvert.

En 1597, l’Archimandrite Cyril voulut la glorification d’Antoine. La première biographie sur la vie du Saint, fut écrite tout de suite après sa mort par son disciple et successeur Andrea.

En 1598, une autre biographie fut publiée par un novice du Monastère Antoniev : le moine Niphon.

Dans la région de Novgorod, Saint Antoine est considéré comme le père du monachisme. On célèbre le Saint le premier Vendredi après la Fête des Apôtres Pierre et Paul (29 juin) ; il est en outre honoré le 17 janvier.


D. A.R.

Partager cette page

S'abonner à « Méthode »


Saisissez votre adresse mail dans l'espace ci-dessous : c'est gratuit et sans engagement

Nous contacter