AVRIL 2018

Turbulences au Québec en 1976

par Gaétan BOUCHARD

L'intervention des Forces Armées Canadiennes, 23 000 militaires, durant les Olympiques à Montréal en 1976, pour s'assurer que les Québécois ne se révoltent pas contre la visite de la reine Elizabeth II. Inaperçue, on en parle jamais, je me demande même si un jour on mentionnera cet événement dans les livres d'histoire.

JO - Elizabeth II d'Angleterre et Lord Killanin

En 1976, c'était les jeux Olympiques à Montréal, les autorités prévoyaient des dangers de soulèvement au Québec, en autre à cause de la visite de la reine d'Angleterre pour l'ouverture des jeux olympiques. J'étais dans la Marine Royale Canadienne, je faisais mon service militaire. 23 000 hommes des Forces Armées Canadiennes avaient été mobilisés pour les Olympiques de 1976 à Montréal et en Ontario. Le plus gros déploiement des Forces Armées Canadiennes depuis la guerre de Corée. Il y avait un pourcentage important de francophones et de Québécois dans la Marine Canadienne. À Halifax, les marins originaires du Québec qui étaient mobilisés pour venir à Montréal, discutaient beaucoup entre eux. Nous étions armés jusqu'aux dents. Qu'allions nous faire si on donnait l'ordre de tirer sur la foule ? Dans un bar d'Halifax, avec mes deux meilleurs amis et un professeur de français nous prenions un verre ensemble (plusieurs verres). Le sujet est venu sur le tapis. 

Ma position était un « niet » catégorique, je ne tire pas sur la foule. Un de mes amis, sa position était qu'il allait tirer mais le regretter toute sa vie, mon autre ami, disait vu qu'il ne sera pas armé, il n'avait pas à se prononcer. Le professeur de français, originaire du Québec, était très ému par ma prise de position ferme et ne cessait de me louanger.

Quand nous sommes venus à Montréal, finalement aucun trouble ne s'est produit. Durant tout le temps des olympiques, j'ai travaillé dans un bureau, aux affaires protocolaires. Je suis sorti de la Marine Royale Canadienne après mon retour à Halifax. J'étais extrêmement heureux de retourner à Montréal.


G.B.

Partager cette page

S'abonner à « Méthode »


Saisissez votre adresse mail dans l'espace ci-dessous : c'est gratuit et sans engagement

Nous contacter