MARS 2018

Les corps de cadets,
renouveau de l’éducation en Russie ?

par Jean-Gabriel HENRY

Entre excellence et tradition, les corps de Cadets sont un défi que le président de la fédération de Russie, Vladimir Poutine a décidé de relever pour former une future élite.

En 1701, sur le modèle prussien, le Tsar Pierre le Grand décide de créer le premier corps de cadets en Russie. Cette fondation, qui prendra en 1743 le nom de corps des cadets de la marine impériale, a pour but de former les jeunes aristocrates au métier d’officier de marine.
Par la suite, une vingtaine d’autres corps de cadets vont être ouverts, afin de former les nouveaux officiers de l’empire toutes armées confondues. Ces écoles vivront au cours du XIXème siècle des émeutes, en raison des dépravations morales d’une partie de la jeunesse d’alors. Ces événement seront suivis d’une grande réforme et certaines de ces institutions seront fermées.
En 1906 après cette purge, ils ne sont plus qu’au nombre de dix, dont sept préparent à une carrière dans l’infanterie, un pour la cavalerie et deux pour les cosaques (anciennement, colons guerriers, 
nomades et pillards, qui fournissaient une cavalerie irrégulière à l’armée tsariste). Cette même année, chacune de ces institutions comportait environs 3500 élèves.
En 1918, alors que les soviets prennent le pouvoir, toutes les écoles militaires y compris les corps de cadets sont dissoutes et la majorité des élèves rejoignent les Armées Blanches. Mais quelques-uns d’entre eux, comme le corps des cadets de Poltava, tentent de faire survivre leurs traditions en se réfugiant en actuelle Géorgie ou en Serbie.
Mais en 1944, alors que les combats battent leur plein en URSS, Staline décide d’ouvrir cinquante académies (dont 20 en Russie) dédiées à l’éducation et à l’instruction des orphelins dont les parents font partie des quelques 26,6 millions de tués au cour de la seconde guerre mondiale (la guerre patriotique). D’autre part, certains bâtiments des grands corps comme ceux de Moscou ou de Saint-Pétersbourg, seront récupérés pour abriter des écoles de formation militaire ou des régiments.
L’arrivée au pouvoir en 1999 de Vladimir Poutine a remis au premier plan les valeurs traditionnelles et patriotiques. Dans ce climat, il reprend le concept de l’ancien régime en le modernisant. Viser l’excellence, tel est le maître mot de cette réforme éducative. Très rapidement le gouvernement russe va constater les bienfaits de ces lieux de formation sur la société. Ces écoles vont rapidement faire l’objet d’engouement, tant pour les élèves que pour les professeurs (dans certains corps il y a jusqu’à 100 candidats pour une place). Chez les professeurs, la motivation est aussi au rendez-vous car non seulement leur statut est revalorisé par ces institutions prestigieuses, mais également car ils sont davantage rémunérés par rapport à un professeur des écoles.
Aujourd’hui, ces institutions destinées à former les futures élites militaires et administratives sont organisées sur le modèle des prestigieux internats anglais ou suisses (pour les hommes comme pour les femmes). En plus des heures de cours déjà très nombreuses, et du sport de haut niveau, l’uniforme, la discipline et les entraînements militaires sont de rigueurs. Les élèves suivent des cours d’histoire militaire, de montage et démontage d’armes (AK 47), de tir, ainsi que des cours obligatoires de danse et de savoir-vivre (une tradition qui date du XVIIIème siècle). Car d’après le major-général Alexandre Kasianov, actuellement directeur de l’académie Souvorov de Moscou : « la préparation des souvorovets est assurée dans les meilleures traditions des corps de cadets de la Russie prérévolutionnaire ».
Depuis 2014, on peut compter plus de 500 corps de cadets, et chaque année, des dizaines se créent. Ils existent pour les trois armées (armée de terre, armée de l’air et la marine), mais également pour la diplomatie, les services secrets (FSB), la musique et même pour les cosaques. Ils sont ouverts dès la classe de CM2.
De plus, ces institutions soutenues et encouragées par l’état sont des moyens de transmettre à la population des valeurs et des traditions, par exemple l’importance de la natalité pour la démographie, le nationalisme ou encore le patriotisme.
Plus de 300 ans après la création du premier corps de cadets, nous constatons que ces institutions datant de l’ancien régime restent des moyens efficaces d’éducation et de formation à l’excellence des jeunes générations. Bien que cela ait un coup certain et peu négligeable pour la société russe, nous constatons que son impact est très positif sur la société.
En 15 ans, ces corps de cadets sont devenus très réputés et populaires, à tel point que lors du défilé commémoratif de la grande victoire patriotique, le 9 mai 2016, plusieurs corps de cadets ont défilé sur la place Rouge au côté de l’armée.

J.-G. H.

Partager cette page

S'abonner à « Méthode »


Saisissez votre adresse mail dans l'espace ci-dessous : c'est gratuit et sans engagement

Nous contacter