JANVIER 2018

Poésie : Fleurs lointaines

par Gaétan BOUCHARD

Ô mon pays de fleurs lointaines,
Épars est le vent qui souffle
Dans tes branches élevées ;
Tes cimes orageuses caressent 
Un ciel rouge, soleil de l'aube.
Le cœur bat au rythme 
Du vent vengeur,
Le sang qui coulait
Dans ta terre brunâtre, 
Ce sang des Patriotes.

Ô mon pays de fleurs lointaines, 
Mes pas ont tracé, 
Sur ton manteau de neige,
Le cri de la révolte,
Le cri de l'espoir.
À tes automnes bariolés,
À tes printemps ensoleillés,
N'oublie jamais,
Que l'hiver est passé,
Lointain et fulgurant.

Ô mon pays de fleurs lointaines,
Que mes mains écrivent
Des sornettes de désespoir, 
De pas tremblants 
Sur une route pierreuse,
Que si mon chant désespère,
Enterrez-le sous la neige, 
Que personne ne puisse l'entendre.
Ô terres arides !

Une fleur surgit : 
N'écoute que mon chant d'espoir, 
Que mon chant de révolte !

Gaétan Bouchard

Partager cette page

S'abonner à « Méthode »


Saisissez votre adresse mail dans l'espace ci-dessous : c'est gratuit et sans engagement

Nous contacter